Voiron solidaire

Le centre de planification et d’éducation familiale

Centre de planification et d’éducation familiale

Immeuble Le Centre Gare
1er étage
6 avenue des Frères Tardy
38500 Voiron

Tél./Fax.: 04 76 05 72 56
Mail: cplanif@ville-voiron.fr

 

  • ÉCOUTER et INFORMER

    Le centre de planification et d’éducation familiale est un lieu d’écoute et de paroles sur les questions amoureuses, relationnelles et sexuelles. Tout ce qui se passe et se dit au CPEF est confidentiel. Les entretiens et consultations médicales sont gratuits pour les mineurs, les jeunes jusqu’à 21 ans et les personnes sans couverture sociale.

    L’équipe est composée :

    • d’une secrétaire d’accueil
    • de quatre conseillers conjugaux et familiaux (CCF)
    • de trois médecins

    Chaque membre de l’équipe est soumis au secret professionnel et garantit la confidentialité.

    Les médecins :

    Les médecins travaillent essentiellement sur rendez vous, toutefois en cas d’urgence elles pourront prendre une personne en charge.

    • Contraception : Elles accueillent et consultent pour la mise en place d’une première contraception, pour son renouvellement, pour réfléchir à une modification de contraception.

    • Suivi gynécologique : Elles peuvent réaliser des examens gynécologiques pour un suivi (avec ou sans frottis), une inquiétude. Ce sont des médecins formés aux premiers examens gynécologiques et à l’inquiétude que cela peut suciter.

    • IST : ces médecins prescrivent et rendent les résultats d’analyses biologiques comme les tests de dépistage, les analyses de sang. Elles prescrivent également les traitements pour les IST.

    • IVG : Elles réalisent également les Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) par méthode médicamenteuse.

    Les conseillers conjugaux et familiaux (CCF)

    Ils accueillent la parole de chacun sans condition d’âge de ressources, de territoire, sans jugement et avec bienveillance. Généralement ils rencontrent toute personne qui vient au centre pour la première fois.

    • Les interventions à l’extérieur ou au centre : les CCF interviennent régulièrement dans les collèges, les lycées, les institutions spécialisées et auprès de groupes autour de la vie affective et sexuelle.

    • La contraception : les conseillers conjugaux informent les personnes sur les différents moyens de contraception qui s’offrent à elles avant la consultation médicale.

    • Dans des situations à risque : suite à un rapport sexuel non ou mal protégé le CCF pourra donner une contraception d’urgence : pilule dite du lendemain à prendre au plus tôt… En fonction de l’évaluation du risque le CCF ou le médecin incitera à faire des tests de dépitage des IST : VIH mais aussi hépatites, chlamydia ou gonocoque.

    • Dépistage des IST avec ou sans rendez vous : pour le virus du SIDA possibilité d’effectuer, dans certaines conditions, un test rapide dont le résultat sera remis quelques minutes plus tard. Nous évoquerons également les hépatites virales et les infections bactériennes : notamment les Chlamydiae.

    • Tests de grossesse : urinaire sur place, effectué sur ou sans rendez vous

    • Les IVG : lorsqu’une femme souhaite une interruption de grossesse elle sera reçue par un(e) CCF pour un entretien d’écoute qui permet de mettre des mots sur cette demande et d’informer sur les solutions possibles en fonction des délais: pratiquer une IVG médicamenteuse hors établissement de soins (auprès d’un médecin libéral ou au CPEF) pratiquer une IVG médicamenteuse ou chirurgicale à l’hôpital ou la clinique.

    • Entretiens de conseil conjugal ou familial : Lorsque l’on ne s’entend plus…., que la communication est mise à mal…., ces entretiens permettent de réfléchir aux difficultés rencontrées, de les énoncer à voix haute afin de tenter de trouver un équilibre.

    • Entretiens individuels: Lorsque l’on ne se sent pas bien, seul face aux difficultés, désemparé, qu’on a l’impressionde ne pas être compris….

  • Quand venir au centre ?

    Permanences d’accueil avec ou sans rendez vous :

    • lundi 16h à 19h
    • Mercredi 13h à 17h
    • Jeudi 14h à 17h
    • Vendredi 14h à 17h

    Sur rendez vous en dehors de ces horaires.

     

  • Le CPEF, un peu d'histoire

    1967 : la contraception est légalisée (loi Neuwirth)

    1975: loi Simone Veil qui légalise l’IVG

    En 1970, l’Etat a créé les centre de planification et d’éducation familiale pour permettre, notamment aux mineurs, un accès à l’information et à la prévention pour une vie amoureuse et sexuelle libre et choisie sans risque de grossesse non désirée.

    Dans le département de l’Isère il existe de nombreux CPEF (26) qui sont répartis sur tout le territoire.

    Le centre de planification et d’éducation familiale 30 ans déjà !

    Le Centre de planification et d’éducation familiale existe en tant que tel depuis plus de 30 ans. Mais à Voiron, tout a réellement commencé en 1975 au lendemain de la promulgation de la loi relative à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), portée par Simone Veil. Il fallait alors appliquer rapidement cette loi et offrir une liberté aux femmes dans leur vie affective et sexuelle. Les médecins et la commune ont immédiatement joué le jeu et mis en place les structures et l’accompagnement nécessaires à la population concernée. 40 ans plus tard les grossesses non désirées restent d’actualité et l’accès à une contraception adaptée à chaque couple demeure un enjeu très actuel.

    Des débuts motivés

    Maguy Cristini, se souvient très bien des débuts du Centre de planification et d’éducation familiale (CPEF). Cette ancienne conseillère conjugale a travaillé 20 ans dans cette structure. « En 1975, au lendemain de la loi Veil, il a été décidé très rapidement d’ouvrir un lieu d’accueil à Voiron. La demande d’agrément a été déposée tout de suite, la mairie ne l’a obtenu qu’en 1983. Avant cela nous travaillions dans un Centre d’interruption volontaire de grossesse (CIVG). Et si nous avions l’obligation de réaliser des entretiens pré-ivg auprès de toutes les femmes, nous ne pouvions pas informer sur la contraception » explique Maguy. La municipalité de l’époque a immédiatement fait le choix d’avoir un centre de planification et d’éducation familiale sur son territoire. Ainsi, en septembre 1983, durant la mandature de M. Philippe VIAL, Marcelle BOUDIAS, alors adjointe à l’action sociale a lu la délibération annonçant la création du CPEF. L’objectif du centre était avant tout l’information, la prévention et la possibilité de faire bénéficier aux femmes d’un examen médical et de « conseils ». Avant les années 80, la contraception n’était pas évidente et les médecins ne la prescrivaient pas facilement. Dès lors, adolescentes ou jeunes adultes allaient pouvoir en bénéficier de façon confidentielle et gratuite au centre. En 1983-85, l’apparition et le développement de l’épidémie du SIDA fait naître de nombreuses interrogations et peurs. Dès que la structure en aura la possibilité, elle mettra en place les tests de dépistage gratuits du SIDA.

    Des interventions en milieu scolaire toujours d’actualité

    Très rapidement, afin d’élargir la prévention, des informations en milieu scolaire se mettent en place. C’était très novateur. Tous les collèges et lycées du secteur étaient concernés. L’information était adaptée selon le niveau de classes et les groupes. « Nos interventions avaient une réelle légitimité. Dans la mesure ou la vie sexuelle se passe en dehors de l’école, les jeunes ont besoin d’être conseillés par des personnes qu’ils ne voient pas tous les jours. Le dialogue était facilité car nous n’étions ni la famille, ni les amies, ni l’équipe pédagogique » souligne Maguy.

    Aujourd’hui, si la sensibilisation en milieu scolaire est toujours d’actualité, contraception, écoute autour de la sexualité, demande d’IVG et suivi, conseil conjugal, accompagnement de victimes de violences, tests de dépistage du SIDA ou d’autres infections sexuellement transmissibles (IST)…sont autant de sujets qui sont abordés au sein du centre. Il faut également noter que les centres de planification sont à même de proposer des modalités de prescription et de délivrance de contraception, assurant une totale confidentialité à travers une dispense d’avance de frais et de ticket modérateur. Ces conditions prévues par la loi pour les mineurs, s’étendent en Isère, aux jeunes jusqu’à 21 ans. Les non assurés sociaux sont également concernés par ces dispositions.

    Qu’ils soient médecins ou conseillers conjugaux, les professionnels de santé qui travaillent au centre de planification assurent une fonction d’information, d’écoute, d’accompagnement et de prévention auprès d’un public qui, même en 2015, n’a pas toujours la possibilité d’évoquer ces sujets ailleurs. Voiron est une ville centre qui compte de nombreux établissements scolaires et sociaux. Proche des gares routière et ferroviaire, le Centre de planification est un lieu accessible où les jeunes peuvent se rendre sans rendez-vous.

    Les lois, les comportements et les publics sont en perpétuelle évolution. Le CPEF ne cesse donc de s’adapter pour être au plus près des attentes de son public. Depuis 2014, il propose l’interruption de grossesse médicamenteuse hors établissement de soins. « Après une série de consultations rapprochées avec un conseiller puis un médecin, la femme aura le choix du lieu de son interruption de grossesse et nous serons là en appui » précise Eve PELLOTIER médecin directeur du CPEF. Une jeune fille mineure devra toutefois être accompagnée d’une personne majeure de son choix tout au long du processus. L’objectif posé par la loi est d’assurer l’accès à l’IVG dans de bonnes conditions, ce qui suppose une offre adaptée d’accompagnement et de dialogue.

    Le centre de planification est également site pilote en Isère et offre la possibilité à ceux qui le souhaitent de faire des Tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) pour le VIH. Ces tests gratuits, permettent en prélevant une goutte de sang au bout du doigt d’avoir en quelques minutes une indication fiable pour le VIH. Si auparavant seuls les médecins étaient habilités à rendre les résultats de ces tests, les conseillers conjugaux qui ont tous été formés, ont désormais la possibilité de le faire. Si le TROD s’avère positif, il devra être confirmé par un test classique en laboratoire. S’il est négatif, le rendu de résultat en entretien post-test, sera souvent le moment propice pour envisager des comportements plus adaptés à la prévention, afin de rester négatif. La façon d’aborder le VIH change et l’on parle aujourd’hui de prévention combinée dans une approche globale de : prévention, dépistage et traitement.

    On l’aura compris, l’écoute, le conseil, le dialogue sont des éléments essentiels et nécessaires pour toute une population qui, en raison de son histoire, sa culture, son parcours dans la vie a besoin de trouver une oreille attentive à laquelle se confier. « On a la chance de pouvoir offrir un vrai espace de parole, un endroit dans lequel les femmes ou les hommes que l’on reçoit retrouvent leur statut de « personne ». L’équipe du CPEF est une équipe « en marche », toujours en mouvement. Ici chacun a la parole, c’est un lieu fait pour les jeunes, construit pour eux, dans lequel toutes leurs remarques sont prises en compte. On aime se laisser bousculer, et on essaye d’être toujours au plus juste et au plus près des personnes que l’on reçoit » conclût Eve PELLOTIER.

    Le CPEF en 2015 :

    • 3 médecins
    • 4 conseillers conjugaux
    • 3000 à 4000 élèves sensibilisés dans les collèges, lycées ou autres établissements chaque année
    • 1000 consultations par an
    • 1500 entretiens
    • 150 personnes qui poussent la porte chaque mois dont 30% de voironnais

     

     

     

     

     

  • + d'infos

    Des sites pour s’informer en attendant de rencontrer un interlocuteur :

Liens

  • Grand Angle
  • Voiron Portail Famille
  • Maison de l'Emploi
  • Communauté de Communes du Pays Voironnais
  • MJC Mosaïque
  • Conservatoire De Voiron